Paris, le 13/09/2021

La semaine dernière, un blogueur anonyme, qui a fait de la lutte contre la surveillance publicitaire son cheval de bataille, a publié sur les réseaux sociaux, comme chaque jour, des posts visant à dénoncer le non-respect de la réglementation RGPD par les éditeurs. Dans l’un d’entre eux, la technologie Digiteka est mise en cause. Copies d’écrans à l’appui, l’auteur du post cherche à démontrer comment le player Digiteka ne tiendrait pas compte du statut du consentement, et donc du choix de l’internaute.


Digiteka apporte un démenti formel à ces fausses informations. Contrairement à ce qui est écrit dans ce post, le player Digiteka gère parfaitement la récupération du consentement et sa transmission aux différents vendors. D’ailleurs, les contrôles menés par la CNIL auprès de certains de nos éditeurs n’ont relevé aucun dysfonctionnement.


En revanche, Digiteka appelle ses éditeurs à redoubler de vigilance au sujet des vendors qu’ils
activent par l’intermédiaire de notre technologie, et à prendre connaissance de la note de l’IAB
Europe du 28 août 2021 dédiée à la compatibilité des vendors.


C’est pourquoi, pour aider nos éditeurs à limiter les risques liés à des vendors qui n’appliqueraient pas de manière rigoureuse la réglementation en matière de protection des données, nous rappelons que la technologie Digiteka permet de gérer les vendors de manière granulaire. Ainsi, il est possible, sur simple demande, d’exclure la monétisation des inventaires n’ayant pas reçu un consentement positif.


Sur un sujet aussi sensible, nous recommandons instamment à nos éditeurs de nous faire connaître leur position, afin que nous puissions procéder aux paramétrages nécessaires, vendor par vendor.
Votre interlocuteur habituel se tient à votre disposition pour tout complément d’information.
En vous remerciant de votre compréhension, et en vous souhaitant une belle fin d’année.

Bruno Jauffret – CEO

Recommended Posts